Alpha Wann, Frenetik, Freeze Corleone : la réconciliation du rap et des mots

Alpha Wann, Frenetik, Freeze Corleone : la réconciliation du rap et des mots

La scène rap francophone est en perpétuelle évolution : de la trap, de la drill, de l’afrobeat, … On trouve de tout. Le rap est finalement sorti de sa rigidité d’antan, pour le meilleur … et pour le pire. Quitte parfois à délaisser la rime et les textes pour privilégier une instru adaptée à la radio et un refrain accrocheur. Un travers que certains rappeurs parviennent cependant à éviter. La preuve avec trois artistes et trois projets à écouter et réécouter : Don Dada Mixtape Vol 1. d’Alpha Wann, LMF de Freeze Corleone et Jeu de Couleurs de la relève belge Frenetik.

Alpha Wann : qualité en guise de promo

Alpha Wann est loin d’être un nouveau venu du rap français. Il a connu débuts et déboires sur les Rap Contenders, le succès du 1995 et l’impact du collectif L’Entourage, aux côtés d’autres grands noms, comme Nekfeu ou Deen Burbigo. Le Don Dada s’est très rapidement fait un nom, et une réputation de franc-tireur du rap français. En indépendant grâce à son label Don Dada Records, le rappeur du 14e n’a plus rien à prouver. En septembre 2018, Une Main Lave l’Autre mettait tout le monde d’accord. En décembre dernier, la Don Dada Mixtape Vol. 1, aux 17 titres dignes d’un album, n’a fait que confirmer son statut de grand lyriciste. Comme il le dit dans Fahrenheit 451, du nom du roman dystopique de Ray Bradbury, Alpha Wann écrit « comme un dramaturge ».

« Tout c’qui n’te tue pas renforce ton armature,

Même aveuglé par la thune, je ferai toujours de l’art mature

J’écris comme un dramaturge, jeune je voulais les montres et à la voiture,

Maintenant j’veux voir le monde et la nature »

Sur une belle production de FREAKY!, Alpha Wann joue avec les célèbres dystopies dont Le Meilleur des Mondes d’Huxley, et 1984 d’Orwell. Il s’identifie au personnage Winston, qui meurt « le cœur pur » sous la volonté d’un parti totalitaire.

« Meurs avec le cœur pur, tu verras le meilleur des mondes,

1984 Diable, j’ai même peur des ombres,

451 Fahrenheit, c’est 232 Celsius

Trou dans la couche d’ozone, même le ciel s’use »

Freeze Corleone : rap, complot et 667

On ne le présente plus, il a pris la scène rap de court avec LMF, le 11 septembre dernier. Freeze Corleone est sans contexte un des lyricistes les plus écoutés et les plus scrutés du moment. Comme Alpha Wann, que l’on retrouve dans le projet sur l’excellent Rap Catéchisme, Freeze Corleone n’est pas un débutant. Il a construit une fanbase solide, une véritable secte, le 667, grâce à des projets singuliers, dans un style qui lui est propre : Shenzen joue sur les punchlines sombres, les grandes théories complotistes (Big PharmaFentanyl, Sacrifice de Masse, …) et les phases en « comme si j’ai … ». En 2018, le Projet Blue Beam, notamment les titres Bâton Rouge et Jeremy Lin, a séduit un plus grand public. En 2020, malgré plusieurs polémiques et des déboires avec son distributeur Universal, La Menace Fantôme a conforté sa place dans le rap français. En cinq mois, le projet dépassait déjà les 100 millions de streams sur Spotify, signe que ses textes ont conquis.

« RAF, n****, j’avance sans aucun stress,

J’suis plus blindé qu’le M26,

Que j’empile les sommes d’ici 2k26,

Faut sept zéros dans le N26 »

Frenetik : les nouvelles couleurs du rap

Frenetik est encore « un rookie ». Pourtant, sa place est déjà assurée, et le belge de 22 ans représente la relève. Son EP Brouillon sortie en mai dernier est saisissant. Il lui a d’ailleurs valu non pas un mais deux passages très remarqués dans les studios allemands Colors, qui ont aussi vu passé Alpha Wann et Freeze Corleone. Frenetik y a interprété Infrarouge et Désordre, deux excellents titres très représentatifs de son univers : sombre, sanguinaire et engagé, sur des prod’ hypnotiques. Frenetik porte bien son pseudo : son flow est puissant, très confiant, presque inarrêtable. Tout a un sens, les histoires sont contées, et les lyrics regorgent de messages forts : la rue, l’argent, les violences policières, … C’est d’ailleurs le sujet du visuel de Chaos, le premier titre de Jeu de Couleurs, sa mixtape sortie le 22 janvier 2021 mais déjà validée. « Bref, à suivre ».

« La douleur je ne sans pas vu que dans la street, j’ai souvent fait les cent pas,

À chaque fois, mon cœur s’emballe dans le trafic donc souvent j’arrive en balle

Pour avoir liasse de billets d’cent balles, on a vendu la, vu que tout s’passe en bas

Fais belek, le métal pourrait t’faire danser la samba »

Retrouvez Frenetik, Alpha Wann, Freeze Corleone et les meilleurs artistes rap sur BAZIKTV.

Leave a comment

Inscrivez vous à notre
Newsletter